Antalgiques

Tisné Bernard – Ostéopathe D.O et Thérapies Manuelles – Déblocage du Diaphragme

Centre de Thérapies Douces

105 rue du Théatre – 75015 Paris – Tel : 06 51 05 65 28 aux Heures Repas.

Consultations individuelles sur Paris pour les patients deux week-end par mois.

Formations et Cours pour les professionnels à Paris et Genève sur le déblocage du Diaphragme et la Respiration ainsi que sur les différentes Techniques de Reboutement (Dates des cours).

Les Antalgiques

Antalgique vient du grec « an », privatif et « algos », douleur. Ce sont des médicaments, nommés aussi analgésiques, pour diminuer ou stopper une douleur. Un antalgique est moins fort qu’un analgésique. L’antalgique est préconisé pour les petites douleurs (maux de tête…) et l’analgésique en cas de migraines ou de céphalées importantes, de douleurs chroniques, lors d’opérations chirurgicale… et uniquement sur ordonnance médicale.

La prise d’antalgiques peut avoir lieu en injections intramusculaires, par voie orale, en injections intraveineuses, par voie rectale (suppositoires ou lavement), par voie locale (crèmes à appliquer) ou bien encore par l’emploie d’une pompe renfermant de la morphine que la personne actionne en fonction de ses besoins.

 Il existe :

-Les antalgiques périphériques ayant une action locale sur la douleur.

-L’aspirine ou le paracétamol (antalgique de niveau 1) préconisé en première intention. L’aspirine va bloquer la fabrication des prostaglandines par l’organisme lors d’une douleur et le paracétamol va stopper l’influx nerveux douloureux au niveau du cerveau.

-Les antalgiques centraux (proches de la morphine) en une action sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Ils font partie du niveau 2. Les antalgiques centraux ont une action identique aux endorphines (protéines naturelles ayant pour but de stopper le flux douloureux au niveau de la moelle épinière ou du cerveau). Il y a les antalgiques centraux dérivés de la morphine qui sont des morphiniques mineurs (codéine, dextropropoxyphène) et les morphiniques majeurs (morphine, buprénorphine, pentazocine, péthidine).

L’utilisation d’antalgiques peut générer des effets indésirables parfois graves. L’aspirine a des effets fluidifiants sur le sang donc il y a un risque d’hémorragie et elle peut aussi provoquer des problèmes sur l’appareil auditif. Le paracétamol peut causer des problèmes d’allergie ou d’intoxication rénale ou hépatique. Les antalgiques centraux ne sont disponibles que sur ordonnance médicale.

L’OMS a définit trois niveaux pour ces produits, selon leur activité :

Niveau 1 : paracétamol (antalgique) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’aspirine et l’ibuprofène (analgésique), la noramidopyrine… Les effets secondaires sont avant tout gastriques.

Niveau 2 : les analgésiques opiacés “faibles” (dérivés de l’opium) et opioïdes comme la codéine, la dihydrocodéine, le dextropropoxyphène et le tramadol. Ils agissent au niveau du cerveau sur des récepteurs précis. Les effets secondaires sont : somnolence, nausées, vomissements, constipations, difficultés respiratoires et dépendance physique.

Niveau 3 : les analgésiques opiacés et opioïdes forts : morphine et ses dérivés (péthidine, hydromorphone…). Ces molécules ont un mode d’action identique que ceux du niveau 2 mais en plus puissants. Préconisés en cas de douleurs intenses ou rebelles aux antalgiques de niveau 2. Les effets secondaires sont identiques.

Il existe des médicaments qui facilitent l’action des antalgiques ou qui ont une action sur la douleur, ce sont les co-analgésiques (corticoïdes, neuroleptiques, antidépresseurs, antiépileptiques, anxiolytiques et antispasmodiques).

Définition de l’Ostéopathie – – – Fasciathérapie – – – Mal de Dos – – – Nettoyage Colon Naturopathie Cortisone Constipation Phytothérapie Anti-inflammatoires Pouvoir du Rire Anxiété Antalgiques